Si la crise du COVID-19 est avant tout une crise sanitaire, elle provoque néanmoins des ruptures auxquels les entreprises doivent d’adapter. Comme pour la crise de 2008, les entreprises qui sauront identifier les nouvelles priorités des clients et s’y adapter en sortiront renforcées.

Un arrêt brutal aux impacts exponentiellement liés à la durée

Les professionnels de santé se battent en première ligne, les entreprises de services essentiels assurent la continuité mais le reste se retrouve brutalement à l’arrêt et sans aucun relais.

Malgré sa violence, cette crise économique reste paradoxalement limitée dans le temps et le redémarrage une question de mois en fonction des scenarii de disponibilité des tests, médicaments et vaccins. La contagion des personnes porteuses asymptomatiques ainsi que la saisonnalité joueront également un rôle.

Le redémarrage ne sera malheureusement pas aussi instantané que le coup d’arrêt. Il sera progressif et adaptatif à ce que McKinsey appelle the « Next Normal ».

https://www.mckinsey.com/business-functions/risk/our-insights/covid-19-implications-for-business

Après avoir protégé ses employés et partenaires sur le plan sanitaire, chaque entreprise a dû assurer sa survie sur le plan financier. Aujourd’hui, elles organisent le redémarrage et doivent au même temps s’adapter à de nouvelles exigences et priorités des clients, eux même impactés.

Dans ce contexte, certains pensent repartir comme avant, c’est illusoire. Beaucoup des mécanismes qui marchaient avant ne marcheront plus demain. Deux questions simplistes doivent nous guider pour planifier le redémarrage :

  1. Qu’est ce qui a changé pour mes clients ?
  2. Comment s’adapter pour y apporter des réponses pertinentes ?

CATEGORIES